souvenirs avant l'oubli

25 janvier 2007

" L'OUBLI, C'EST LA FIN "

 

bienvenueF

 

 

Ce blog, toujours en construction, a été créé en 2007 pour permettre à mes nièces et à mes neveux de connaître l'histoire de la famille de leur Grands Parents maternels.

Commencé précipitamment après unehospitalisation particulièrement grave. Il sera réaménagé petit à petit.

Ce blog est une ébauche et une plateforme pour l'élaboration du

 

 

"LE LIVRE DE THO"

 

.

septembre 2011,

ma Mère a enfin accepté de me révéler

un des secrets de famille :

 le nom de mon Père biologique.

 

(septembre 2011) Je suis enfin délivré d’un poids infini.

Ce secret avait empoisonné mon adolescence et compliqué mes études.

 

 

Le chemin sera long pour retrouver mon Père.

 

 

 

 

-------------------------------------------------

Je n'imaginai pas mon avenir.

Je redoutai les premiers jours de classes où chacun devait se présenter,

je regardai chaque jour le journal télévisé pour savoir ce qui se passait au Vietnam.

J’attendais les fins de semaines pour être enfin seul

dans l’immense bâtiment qu’était le lycée Malherbe à Caen.

 

Marseille 1591963 chez tonton Rétif(15 septembre 1963)

a 16 ans je paraissais 20

pourtant, je ne grandirais plus.

J’oscillais entre la vie monastique et devenir Hermite,

une façon pour moi de trouver la paix intérieure.

Mais, la conscription était une obligation, alors je continuais mon chemin de lycéen

en attendant de signer un engagement dans l'Armée à mes 18 ans.

 --------------------------------------------------------

 

Je n’ai jamais eu l’idée de mourir,

pourtant,

il m’était arrivé de me laisser mourir de rage.

La rage de ne pas savoir comment m’y prendre pour retrouver mon Père.

C’était au dernier printemps avant mon engagement dans l’armée.

 

 

Parti sans rien emporté, j’ai été me cacher dans une annexe de l’Abbaye Saint Martin de Mondaye (abbaye de Juaye-mondaye) près de Bayeux. Il y avait des empilements de matelas dans une aile non fréquenté en hiver. J’avais oublié qu’à cause de visiteurs indésirables, cet endroit était de temps à autre contrôlé par un novice. Il avait remarqué le mauvais alignement des matelas. C’était ainsi qu’il m’avait découvert sous une dizaine de matelas. Pendant ce temps, toute la communauté avait prié pour moi, j’étai connu à l’abbaye et ma disparition y avait été signalé. Après une semaine de disparition, mes jambes ne me soutenaient plus.

 

J’ai passé deux semaines dans une cellule de l’abbaye, le temps de mettre de l’ordre dans mes idées et de décider de mon avenir.

 

img211

 img405

 

 

 Début 2012,

 

je connais enfin mon nom.

L’internet m’a permit de retrouver rapidement la trace

et sutout de croiser le regard de cet homme sans nom

et si longtemps évoqué,

le Général LACAZE.

 

 Parmi tous les Lacaze,

le seul dont le cheminement avait croisé celui de ma Mère,

était celui d'un certain Jeannou Lacase.

 Maman m'affirme que le prénom du capitaine était L.....

 

 

 

Quelque années plus tôt, il n'y avait pas encore l'internet,

Maman disait déjà que

le jeune Capitaine ressemblait à Robert Taylor

 

Mystérieux, ses amis disent qu’il ressemblait à Paul Meurisse.

 

On l’appelait le ''Sphinx''

 

220px-Tutanhkamun_jackal

(Anubis, le sphinx sous l'Ancien Empire.)

arbres

 Voir aussi le blog

Http://lavieenuniforme.canalblog.com

 

 

 

 

Ce blog est une construction pyramidale

 

avec des entrées secrètes


un parcourt compliqué

spécialement construit pour

mes nièces, mes neveux,

leurs enfants et petits enfants.

 

 

Pour construire l’arbre généalogique de la famille,

il faudra, avec patience, trouver tous les liens,


glaner les indices et les noms semés dans les douze blogs

qui charpentent la structure pyramidale de ce blog.

 

 

EFFETJJ

 

 

 

Bonne visite au ''pays des matins calmes'',

bonne ballade dans les montagnes de mon enfance,

la Petite Suisse anamitique.

 

EFFET222

 

 

 

 

POUR ME CONTACTER

 

tho1999@hotmail.fr

 

 

arbres

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par livre1 à 01:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]


01 février 2007

HOMMAGE A MONSIEUR Charles ODAKA




CE  BLOG  EST AUSSI

UN  HOMMAGE A MONSIEUR  CHARLES  ODAKA, le parrain de ma Mère.

Ce samouraï chrétien était 'les yeux et les oreilles de son Empereur'.

Sans son courage

notre famille n'existerait plus,

et moi, je n'aurai jamais été.

EFFETPOTIQUE5

Posté par livre1 à 17:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

CHAPITRE 1

img163

Moïs des montagnes de Dalat,

buvant du vin de palme ou de riz.

C'était pendant une fuite de Saigon vers Dalat

que j'ai vu le jour.

C'était M. ODAKA qui avait organisé cette fuite

pour soustraire ce qui restait de la famille à la vindicte du vietminh.

ATT4662513

(Ici, le récit de Tante Marie diffère de la version à Maman. Pour Tante, pendant le voyage, Maman était caché entre les strapontins d’un véhicule militaire, et je serai venu au monde au pied d'un arbre. Un témoignage venu quarante ans plus tard confirmera la seconde version.

Arrivé dans les montagnes de Dalat, j'avais été confié aux bons soins des sœurs Saint Vincent de Paul. J'étai un prématuré de trois moi. Normalement, je n'aurai pas survécu. Les sœurs m'auraient offert à la divine protection de la Vierge Marie. La mère supérieure du couvent était Mère Agathe ou Marie Louise ou Philomène, je ne m'en souviens plus. Lorsqu'avec Tante Marie, j'avais été lui rendre visite au carmel de la rue du Bac à Paris, la sœur avait voulu me remettre une relique qu'elle concevait dans son bréviaire depuis plus d'un demi-siècle. En ouvrant son vieux livre de prière, il ne restait plus qu'une trace en forme d'éventail. La Mère supérieure m'expliquait qu'elle avait récupéré une feuille collée sur ma peau le jour où je lui avais été confié. C'était une feuille de ginkgo bi loba. Il se trouvait que cet arbre ne poussait pas encore dans le pays. Le foulard dans laquelle j'étais enveloppé, se trouve dans les rares choses que j'ais emporté avec moi en quittant le Vietnam. Un foulard de fabrication japonaise, offert par Monsieur Odaka)

Ce chapitre restera en dormance jusqu'à ce que je retrouve la trace de Monsieur ODAKA ou ses descendants. Cet écrivain avait pris un grand nombre de photos de Grand Père, de Maman et de la dernière maison familiale à Gia Dinh (Saïgon).

Grand Père était un ami de sa Majesté Norodom Sihanouk, dans les années 1940. J'espère obtenir, un jour, la permission de consulter les archives de la Maison Royale pour y retrouver une partie de l'histoire de Grand Père.

tiar_

Posté par livre1 à 22:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]


CHAPITRE 2 LES GRANDS PARENTS

LES  GRANDS  PARENTS

(Sur cette photo, il arbore l'écharpe d'Officier de l'Ordre Royal du Cambodge.)



img357


La carte de visite de Grand Père.

Un doc phu su, c'est un gouverneur de province.

(spécial hors classe) Il était gouverneur des provinces.

img250

Posté par livre1 à 23:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Grand Père et Grand Mère

Grand Père et Grand Mère

img253img251

les Grands Parents

vers les années 1935

img363

l'arrière Grand Mère

(la maman de Prand Père)

Posté par livre1 à 23:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Grand Mère dans le jardin avec les grues

img254

Grand Mère dans le jardin de la maison de Gia-dinh

il ne restaient que les fondations lorsque la famille était revenu s'intaller à Saïgon, en 1955.

 

A cette époque, Papa Lucien avait acheté le « Garage Rondon » à Saïgon.

Il était ingénieur mécanicien, spécialisé en moteur diesel. Il m’arrivait de venir jouer au garage. Il paraît que je m’y prenait très bien pour nettoyer les soupapes du bloc moteur.J'avais une patience d'ange. Cela consistait à mettre une pâte abrasive au bout d’une sorte de toupie puis de faire comme les indiens. On faisait tourner l’outil en frottant les mains. Vous voyez bien comment on obtien du feu en faisant tourner une pointe en bois sur un morceau de bois. Cela me donnait des ampoules et Papa disait en riant que c’était le métier qui entrait.

Tout était intéressant. Je détournais toujours l’usage des choses que je trouvais. Il arrivait que je détériorais des éléments neufs qui arrivaient de France pour une réparation. Papa ne me grondait jamais, il rigolait et réparait. Ce qui le navrait, c’était que je parlais très mal la langue française et je ne comprenais pas toujours ce qu’il me disait. Il y avait comme un rejet, je ne parlais que le vietnamien et cela mettait Maman dans des rages terribles.

img358

l'intérieur de la maison de Cholon

je ne connaissais pas cet intérieur

Posté par livre1 à 23:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 février 2007

Grand Père en 1930

img255

Posté par livre1 à 00:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juillet 1939, Saïgon

14 juillet 1939

Grand Père est tout à droite

img257

il faudrait que je recherche dans les archives de journaux pour en savoir plus sur cette photo.

 

hands2

 

POUR VOIR LA SUITE, CLIQUEZ SUR LE LIENS

EN BAS A GAUCHE

Posté par livre1 à 00:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]